Actualités

Pardon de la batellerie à Longueil-Annel : la SCSNE présente le tracé du "secteur 1" entre Compiègne et Passel

Dimanche 7 juillet 2019, à l'occasion des festivités du Pardon de la batellerie à Longueil-Annel, la Société du Canal Seine-Nord Europe a présenté le tracé du futur Canal et a répondu aux très nombreuses questions sur le projet. Sur un grand écran, les visiteurs pouvaient découvrir une vidéo présentant en survol le futur canal et son tracé sur les 18 premiers kilomètres (« secteur 1 ») entre Compiègne et Passel. 

L'occasion de discuter avec mariniers, riverains, habitants alentours et autres passants, des futurs travaux, des aménagements, des perspectives économiques du canal, et de son calendrier. Un moment de partage et de discussions enrichissant pour tous.

Cliquez pour agrandir

Visite du tracé du futur canal avec les membres de l'Observatoire de l'Environnement

Ce jeudi 27 juin, les membres de l’Observatoire de l’Environnement ont passé la journée sur le tracé du futur Canal Seine-Nord Europe. L’objectif était, en une dizaine d’étapes, d’aborder les grands enjeux en matière de paysage, de biodiversité et d’hydraulique tout au long du parcours. Ils ont ainsi pu découvrir les boucles du Muids, et les aménagements environnementaux de Cléry sur Somme, imaginer dans le paysage l’emplacement de la future écluse de Noyon, du Pont canal de la Somme, du bassin de Louette, de la plateforme de Marquion, aborder les liens hydrauliques entre le canal, le canal du Nord, la nappe et les zones humides sur le site du tunnel de Ruyaulcourt et voir la Tortille…

L’« Implementing Act » adopté par la Commission européenne : une étape majeure pour le projet de Canal Seine-Nord Europe

Proposé dès le mois de mars 2018 par Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France et président du Conseil de surveillance de la Société du Canal Seine-Nord Europe, l’«Implementing Act» ou «acte d’exécution» vient d’être adopté par la Commission européenne et publié au JOUE (Journal Officiel de l’Union Européenne).
La signature de cet acte d’exécution renforce l’engagement de la Commission européenne, en accord avec les Etats membres concernés, pour la réalisation du plus grand réseau fluvial européen, la liaison Seine-Escaut. Cette nouvelle avancée sécurise le financement des aménagements fluviaux à réaliser dans les Hauts-de-France, en particulier le canal Seine-Nord Europe maillon central du futur réseau, au-delà des engagements d’ores et déjà actés jusqu’en 2022.

Lors de la réunion du 2 juillet 2019 de la Commission intergouvernementale Seine-Escaut, entre la France, la Flandre et la Wallonie, qui s’est tenue à Lille au siège de la Région Hauts-de-France, le professeur Péter Balázs, coordonnateur du corridor Mer du Nord - Méditerranée, est venu présenter l’« Implementing Act ». Cet « acte d’exécution » a été élaboré par tous les partenaires du réseau Seine-Escaut - belges et français. Signé par la Commission européenne le 27 juin 2019, publié au JOUE lundi 1er juillet, Péter Balázs a souligné qu’il s’agissait d’une étape fondamentale pour le projet et confirme le soutien croissant de l’Union européenne au réseau Seine-Escaut, depuis son inscription en 2004 comme projet prioritaire du réseau central européen.

L’Union européenne apporte déjà un important soutien financier au projet Seine-Escaut à travers l’accord de financement Seine-Escaut 2014-2020, s’inscrivant dans le Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe (MIE), et liant la République française, les Régions flamande et wallonne de Belgique et l’agence européenne des réseaux d’infrastructure (INEA). Il s’établit à hauteur 50% du montant des études et de 40% des travaux. L’acte d’exécution décidé fixe et précise les échéances de réalisation des différentes sections du réseau Seine-Escaut jusqu’à son ouverture complète, en particulier avec la mise en service du canal Seine-Nord Europe. Les aménagements sont désormais éligibles à un financement des travaux par l’UE jusqu’à 50% de leur montant. 

Seine-Escaut est ainsi le plus important projet pour le transport fluvial et le report modal en Europe. Le réseau Seine-Escaut (long de 1100 km) prévoit notamment la construction du canal Seine-Nord Europe, maillon indispensable pour relier le réseau grand gabarit d'Île-de-France et les ports de Rouen et le Havre à l'Europe du Nord et aux ports de Dunkerque, et du Nord de l’Europe. Il sera un puissant facteur d’attractivité, de développement économique et d’emplois pour les Hauts-de-France.

La Société du Canal Seine-Nord Europe qui associe l’État, et les collectivités qui financent le projet (Départements de l’Oise, du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme, ainsi que les Régions Hauts de France et Île de France), est en charge de la réalisation du projet du Canal Seine Nord Europe.

Pour aller plus loin :

Le Conseil de surveillance de la SCSNE s'est réuni le 19 juin 2019 : priorité à l’emploi

Ces dispositifs vont, en synergie avec les trois déjà validés (« Canal Solidaire », « Canal Accueil », « Canal Emploi »), accompagner les entreprises, leurs salariés et les demandeurs d’emplois pour saisir les opportunités du chantier du Canal.

Le Conseil de surveillance a également autorisé le directoire à finaliser l’attribution des marchés de maîtrise d’œuvre « TOARC – Terrassements, Ouvrages d’Art et Rétablissement des Circulations » pour les secteurs 2, 3 et 4 (de Noyon à Aubencheul-au-Bac) du canal. Le nom des groupements d’entreprises attributaires sera communiqué dans le courant de l’été.

Retrouvez les décisions réglementaires du Conseil de surveillance dans la rubrique Délibérations du Conseil de surveillance.

Retrouvez plus d'informations sur la démarche Grand Chantier.

Secteur 1 entre Compiègne et Passel : 2019-2020, deux années pour préparer le début des travaux

2019_DEPLIANT_SECTEUR_1_COMPIEGNE_PASSEL_BAT

Ce dépliant synthétique précise les caractéristiques principales des aménagements qui seront réalisés sur ce « secteur 1 ». Il explique également les différentes interventions qui seront visibles des habitants, sur le terrain, d’ici à l’engagement des travaux : déboisement, archéologie préventive, déviation des réseaux, déconstruction des bâtiments situés dans l’emprise du projet.

Le document est mis à disposition des habitants dans les mairies des communes concernées. Il peut également être téléchargé ici.