Retour

Objectifs

Le Canal Seine-Nord Europe, maillon manquant vers le réseau fluvial européen à grand gabarit

Le Canal Seine-Nord Europe lève un maillon manquant du réseau fluvial à grand gabarit européen

 

Le Canal Seine-Nord Europe est le maillon manquant de la liaison fluviale à grand gabarit Seine-Escaut, liaison qui comprend une partie des réseaux fluviaux wallon, flamand et la partie Nord du réseau français, du Havre à Dunkerque. Il complétera les importants travaux de mise à grand gabarit qui auront été réalisés sur cette liaison d’ici 2030. Le canal lèvera un goulet d’étranglement entre la vallée de l’Oise et le canal de Dunkerque à Valenciennes, desserte assurée actuellement par le canal du Nord. Celui-ci, à petit gabarit (bateaux limités à 700 tonnes) et comprenant une vingtaine d’écluses, est un frein au développement massif du transport fluvial.

La réalisation du Canal Seine-Nord Europe permettra ainsi de bénéficier d’un effet « réseau ». Profitant directement aux bassins des Hauts-de-France et de la Seine, il facilitera aussi le transport des marchandises vers la Belgique puis les Pays-Bas et l’Allemagne. Ainsi, le bassin de la Seine sera relié aux 20 000 km de réseau fluvial européen à grand gabarit. Le canal fluidifiera la circulation des marchandises et il facilitera ainsi les échanges entre l’Europe du Nord et les ports de Dunkerque, Le Havre et Rouen.

 Quelques années après la mise en service du canal, la massification des flux de marchandises engendrera le report modal de marchandises de la route vers la voie d’eau devenue plus compétitive sur ces trajets. Elle donnera un avantage de compétitivité aux entreprises autour du canal. Les chiffres clés issus des études de prévisions de trafic sont les suivantes :

  • Trafic attendu sur le Canal SNE : 15 millions de tonnes/an environ 10 ans après la mise en service du canal,
  • 3 à 4 fois plus de trafic fluvial sur l’axe Nord-Sud du canal,
  • Trafic fluvial supplémentaire sur le périmètre d’effet du Canal SNE (liaison Seine-Escaut) : 6 à 7 milliards de tonnes-kilomètres (Tkm), soit +40% par rapport à une situation sans projet,
  •  Les 2/3 du trafic (~4,5 milliards Tkm) sont issus du report des marchandises de la route vers le fluvial, ce qui représente :
    • Globalement 760 000 camions/an sur le périmètre d’effet du CSNE (liaison Seine-Escaut)
    • Dont 500 000 camions / an en France (équivalent à ~10% du trafic de l’A1) répartis pour 3/4 sur l’axe Nord-Sud (Hauts-de-France – Ile-de-France) et 1/4 sur l’axe Seine Est-Ouest (Ile-de-France – Normandie).

Cet effet réseau a été reconnu par l’Europe qui apporte son soutien au projet à hauteur de 50% du financement des études et 40% du financement des travaux sur l'ensemble du réseau Seine-Escaut. Le soutien européen a été renforcé, le 27 juin 2019, par l’adoption de la décision d’exécution (« Implementing Act) Seine-Escaut qui fixe également le calendrier de réalisation des différents aménagements en France et en Belgique.