Actualités

La Société du Canal Seine-Nord Europe a choisi ses maîtres d’œuvre pour les secteurs 2,3,4

La Société du Canal Seine-Nord Europe a notifié les marchés de maîtrise d’œuvre pour la conception et le suivi de réalisation des travaux de terrassements, ouvrages d’art et rétablissements de communication (ponts routiers et ferroviaires) du Canal Seine-Nord Europe pour les secteurs 2, 3 et 4 (de Passel à Aubencheul-au-Bac).

Les secteurs 2 (de Passel à Allaines) et 4 (de Etricourt-Manancourt à Aubencheul-au-Bac) ont été attribués au Groupement d’entreprises ONE, conduit par EGIS International allié à INGEROP Conseil & Ingénierie, ISL Ingénierie, SBE, Michel Desvigne Paysagiste et NEY Partners.

Le secteur 3 (de Allaines à Etricourt-Manancourt) a été attribué au groupement conduit par ARCADIS ESG allié à SWECO Belgium et Explorations Architecture.

Ces marchés de maîtrise d’œuvre s’étaleront sur une durée de plus de 10 ans pour un montant total maximum de 84 millions d’euros HT.

Cette nouvelle étape va se traduire par le lancement des études d’avant-projet sur ces 89 kilomètres de canal à gabarit européen.

Des marchés qui s’inscrivent dans le cadre de la démarche Grand Chantier

Afin de maximiser les retombées locales, ces marchés prévoient que les entreprises attributaires constituent des plateaux techniques (bureaux) dans un rayon de 30 minutes autour du siège de la Société du Canal Seine-Nord Europe situé à Compiègne pour les secteurs 2 et 3 et à Lille pour le secteur 4.

Ces deux marchés comprennent également une clause d’insertion qui prévoit que les entreprises qui ont remporté le marché s’engagent à embaucher des personnes éloignées de l’emploi. Cette démarche s’inscrit dans le cadre du dispositif Canal Solidaire porté par les départements, qui vise à soutenir l’emploi local et l’insertion durable. Depuis le début des études, 15 personnes ont déjà été intégrées, grâce aux clauses d’insertion, dans un parcours de retour durable vers l’emploi.  

Retrouvez le communiqué de presse dans l'onglet Communiqués de presse.

Piézomètres : campagne de reconnaissance du réseau en place du 9 au 21 décembre

Pour réaliser un canal, il est nécessaire de comprendre le fonctionnement des eaux superficielles mais aussi des eaux souterraines du territoire et d’anticiper les effets potentiels qu’aurait le projet, afin de prendre les mesures adaptées pour éviter et réduire les impacts. Pour connaitre les eaux souterraines, on utilise des piézomètres (voir photo). Ces piézomètres permettront également, lorsque le canal sera mis en service, d’analyser l’effet du canal sur les nappes d’eau souterraine du territoire.

Un réseau de piézomètres avait été mis en place par Voies Navigables de France (VNF) dans le cadre des premières études de conception du Canal Seine-Nord Europe. La Société du Canal Seine-Nord Europe reprend le suivi de ces piézomètres et a donc missionné le bureau d’étude Hydrogéotechnique – Geaupole afin qu’il vérifie l’état et le fonctionnement de ces ouvrages. Cet état des lieux permettra de décider le maintien ou la suppression de chaque piézomètre, et de reprendre le suivi sur un réseau actualisé à partir de mars 2020.

Cette campagne de reconnaissance sera réalisée entre le 9 et le 21 décembre 2019.

Si vous souhaitez davantage d’informations quant à ces investigations, vous pouvez poser vos questions à l’adresse mail suivante : piezometre@scsne.fr

Définition

Qu'est-ce qu'un piézomètre ? Un piézomètre est un ouvrage non exploité permettant de mesurer le niveau d’une nappe en un point donné. Il peut s’agir d’un ouvrage construit par l'homme (puits, forage, gravière, ...), ou bien un point naturel (source, aven, grotte, ...). 

La convention de financement définitive du Canal Seine-Nord Europe signée

Journée historique pour le Canal Seine-Nord Europe ce vendredi 22 novembre 2019 !  La première réunion du comité stratégique s’est tenue à Nesle (Somme) et a été l’occasion pour l’Etat, les collectivités et la Commission européenne de signer la convention de financement du Canal.

Un accord a en effet été confirmé par Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, Jean-Baptiste Djebbari Secrétaire d’Etat aux Transports, Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, Alexis Padoy représentant de la Commission européenne, Jean-René Lecerf, président du conseil départemental du Nord, Nadège Lefèvre présidente du conseil départemental de l’Oise, Jean-Claude Leroy, président du conseil départemental du Pas-de-Calais, et Laurent Somon, président du conseil départemental de la Somme.

Le comité stratégique réunit notamment l’ensemble des maires et des présidents des établissements de coopération intercommunale directement concernés par le projet, les chambres d’agriculture, chambre de commerce, représentants de la profession fluviale étaient également présents.

Le président de la République Emmanuel Macron s’est félicité de cette étape fondamentale dans « l’odyssée du Canal ». « Le Canal Seine-Nord Europe est un projet structurant en termes d’emploi, d’agriculture, de logistique, d’environnement. Il est le symbole de notre ouverture vers l’Europe. Ce chantier est emblématique de notre capacité à créer des grandes infrastructures et à nous projeter dans le futur » a rappelé le chef de l’Etat.

Photos © SCSNE et ©Ministère de l'Action et des Comptes publics

Le Canal et l’eau

Le Canal Seine-Nord Europe est conçu dans une optique d’économie d’eau. D’abord, il disposera d’une étanchéité hautement performante qui permettra une infiltration minime de l’eau par le fond et les bords. L’objectif de performance d’étanchéité sera équivalent à une couche de 40 cm d’argile.

Ensuite, les écluses sont conçues pour recycler, grâce à des bassins de récupération d’eau et pompage, une très grande partie de l’eau utilisée lors d’une éclusée (passage d’un bateau par l’écluse).
L’alimentation en eau se fera à partir de l’Oise, par pompage dans les eaux de surface. Aucun prélèvement ne sera réalisé dans la nappe phréatique. Les prélèvements n’auront pas d’incidence sur la qualité des eaux de l’Oise.

Un bassin réservoir de 14 millions de m3 sera créé à Louette. Il prendra le relais pour préserver la qualité de l’Oise en période de moindre débit de l’Oise. 14 millions de m3 permet de garantir l’alimentation du Canal Seine-Nord Europe, y compris pendant les années très sèches comme celle de 1976.

Enfin, par sa conception, le Canal Seine-Nord Europe permettra de réduire localement l’intensité des inondations de l’Oise grâce à un déversoir situé à Montmacq permettant l’absorption d’une partie des débits de la rivière en crue vers le Canal, d’une capacité 3 fois plus grande que le canal actuel.

Inauguration du parcours de découverte des Oiseaux de Cléry-sur-Somme

Le Canal Seine-Nord Europe, le conseil départemental de la Somme, la communauté de communes Haute-Somme et la mairie de Cléry-sur-Somme ont uni leurs volontés pour donner naissance à parcours de découverte des oiseaux, inauguré lundi 28 octobre 2019 à Cléry-Sur-Somme. Ce partenariat résulte de la détermination de la Société du Canal Seine-Nord Europe à construire un canal exemplaire du point de vue environnemental, et pour cela, à s’entourer des meilleures compétences techniques pour la gestion des sites de compensation.
Les 85 hectares acquis ou en cours d’acquisition à proximité du futur pont-canal de la Somme s’intègrent dans un espace plus vaste, propriété du département de la Somme.
Ce parcours de découverte des oiseaux présente un intérêt écologique compte tenu notamment de la présence d’espèces migratrices et reproductrices à enjeux : Blongios Nain, Sterne Perregarin, Fuligule Miloin, Fuligule Morillon, Grêbe à Cou Noir…